Le bloc ''Déchets''

Le SDED 52 a la compétence traitement des déchets ménagers par le centre de valorisation énergétique et le centre de tri sélectif. Il s'occupe par ailleurs de la gestion des 29 installations qui composent le réseau départemental des déchetteries.

 

Dans le cadre du Programme Local de Prévention des Déchets Ménagers et Assimilés, il mène en partenariat avec l'ADEME, des actions de communication dédiées à la réduction des déchets. Le SDED 52 soutient par ailleurs l'Association des Guides Composteurs de Haute-Marne. 

L’élimination n’est plus la seule issue pour les déchets. Le recours à la prévention, au recyclage ainsi qu’à la valorisation énergétique permet d’optimiser les coûts, pérenniser les emplois et de produire de l’énergie et des matières premières secondaires.
 

Nos déchets suivent une vie très animée pour être traités, valorisés ou recyclés.

Dans les fours du centre d’incinération de Chaumont, les ordures ménagères permettent de produire de l’énergie verte (électricité et chaleur) puis deviennent du mâchefer valorisable en sous-couche routière. Sur les tapis du centre de tri à Chaumont, les sacs jaunes et bleus sont triés, puis mis en balles et repris par des repreneurs de matériaux en vue de servir de matières premières secondaires. Déposés dans les bennes du réseau départemental des 29 déchetteries, les déchets suivent les filières agréées par les pouvoirs publics qui assurent leur valorisation.

 

La transition énergétique

L’électricité et la chaleur issues de la combustion des déchets et les matériaux issus du recyclage se substituent en grande partie aux matières fossiles. Les ressources naturelles se raréfiant, le prix des matières premières augmentant, l’heure n’est plus à l’usage unique, l’heure n’est plus au gaspillage, l’heure est à la transition énergétique avec le passage obligé qu’est l’économie circulaire.

 

La maîtrise des coûts

Allier l’environnement, l’économique et le social, tel est le principe du SDED 52 qui se veut ouvert sur son territoire et sa région, dans l’objectif d’amélioration du service public et d’optimisation des coûts.

Le SDED 52 s’emploie sans relâche à maîtriser les charges et à augmenter les recettes : si d’un côté les soutiens liés à la performance énergétique de l’usine d’incinération, les recettes liées au tri et les déchets des déchetteries générateurs de recettes, tels que les cartons, les métaux ou les déchets d’équipements électriques, réduisent considérablement la facture globale des déchets ménagers, d’un autre, il convient d’optimiser la gestion globale du service.

 

Au cœur du développement durable

Les filières de traitement du SDED 52 sont maîtrisées et agréées par les pouvoirs publics et profitent autant que possible au tissu économique local sinon national afin de limiter l’impact des transports sur le bilan environnemental du traitement des déchets. Le déchet, véritable moteur social est aussi créateur d’emplois non-délocalisables, qualifiés ou non et notamment via des emplois d’insertion.